Des hackers ont installé Linux sur la Nintendo Switch

Des pirates ont réussit à installer Linux via une faille de la puce Nvidia Tegra X1

Le bug ne peut pas être corrigé en raison de la ROM de démarrage codée en dur sur la puce de Nvidia. Les Hackers se sont faufilés dans la Nintendo Switch et ont trouvé comment faire fonctionner la console sous Linux. Selon le groupe de hackers fail0verflow, qui a posté une photo du Switch tournant sous Linux sur Twitter, le piratage a été rendu possible grâce à une faille “bootrom”.

Alors que fail0verflow n’a pas révélé exactement comment il a craqué la console, il semblerait qu’il exploite un bug sur la ROM de démarrage du SoC X1 SoC de Nvidia qui alimente le Switch.

La ROM de démarrage contient le code et les instructions pour la Switch quand elle est allumé, et en insérant du code dans ce processus, la console peut alors exécuter Linux. Et parce que la ROM de démarrage est essentiellement codée en dur dans la puce Tegra X1, aucun patch de Nintendo ne permettra d’atténuer la faille.

Le défaut peut également être exploité sans avoir besoin de modifications personnalisées ou de puces, ce qui a souvent été le cas avec un tel «jailbreak» des consoles de jeux. Nintendo pourrait conclure un accord avec Nvidia pour fabriquer des puces Tegra X1 pour de nouvelles consoles qui ne contiennent pas de ROM de démarrage avec un trou de sécurité.

Étant donné que la Switch a actuellement des jeux acclamés tels que Mario Odyssey et The Legend of Zelda: Breath of the Wild , on se demanderait pourquoi quelqu’un remplacerait l’interface élégante et minimale de Nintendo par Linux.

Nintendo a une politique anti-émulation même pour ses jeux qui sont vieux de plusieurs décennies, donc nous ne pouvons pas imaginer que la firme de jeu japonaise va être heureuse avec une faille dans sa console super réussie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *